Tout sur l'IEP de Saint-Germain-en-Laye et la préparation aux concours

Sciences Po Saint-Germain-en-Laye en quelques chiffres

Les derniers IEP à avoir été crées dataient d’il y a près d’un quart de siècle (en 1991 pour Sciences Po Lille et Sciences Po Rennes). Le précédent avait ouvert ses portes en 1956 (celui d’Aix-en-Provence). La création d’un Institut d’études politiques est donc chose rare. Depuis 1991, plusieurs projets, en France ou à l’étranger, parrainé par un IEP existant déjà ou complètement indépendant, avaient été initiés, sans jamais aller au bout de la démarche. C’est donc chose faite depuis septembre 2014 avec l’ouverture de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye.

Les concours, principale voie d’accès

  • Concours commun 1ère année
  • Le concours d’entrée en 1e année est commun aux Instituts d’Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Saint-Germain-en-Laye, Strasbourg et Toulouse. Il offre la possibilité aux candidats de se présenter simultanément dans 7 instituts d’études politiques. Le nombre total de places offertes avoisine 1100. A l’issue des épreuves de sélection, les candidats retenus sont affectés dans les 7 IEP selon leurs classements et de leurs vœux. Sont exclusivement autorisés à concourir les bacheliers de l’année N et de l’année N-1. Toutes les informations sont disponibles sur le site du concours commun.

  • Concours commun 2ème année
  • Le concours d’entrée en 2e année est commun aux Instituts d’Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg et Toulouse. Il offre la possibilité aux candidats de se présenter en même temps dans 6 IEP. Le nombre total de places offertes est d’environ 220. Seuls peuvent concourir les candidats ayant validé ou qui sont en train de valider 60 crédits ECTS. Toutes les informations qui concernent ce nouveau concours sont disponibles sur le site du concours commun.


    Notre préparation aux concours de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye vous garantit les meilleures chances de réussite aux épreuves d’admission.

Préparation aux concours

Notre site en ligne prévoit une préparation aux concours de l’IEP de Saint-Germain-en-Laye, spécifique à chaque niveau d’accès :

Sciences Po Grand-Paris Ouest

Depuis plusieurs années, la création d’un Institut d’études politiques en Île-de-France, plus précisément dans la ville de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), était évoquée. L’IEP Saint-Germanois a finalement accueilli ses 82 premiers étudiants à la rentrée universitaire 2014/2015. Il devait se nommer Sciences Po Grand Paris (Ouest) mais face à la menace de procès de la part de Sciences Po Paris pour cause de nom trop ressemblant de celui de son illustre voisin, la direction du nouvel IEP se rabattit sagement sur la dénomination actuelle, soit IEP de Saint-Germain-en-Laye. Ce nouvel Institut a pour singularité, outre d’être le dixième IEP et le premier à être créé depuis près de vingt-cinq ans, d’avoir une situation géographique privilégiée, à la fois proche de la capitale et situé dans un département plutôt riche, et dans lequel les candidats aux concours d’entrée aux sont nombreux.

Ce nouveau né devrait rapidement devenir l’un des plus demandés (aujourd’hui, il s’agit de Lille), du moins si on prend en compte que 40% des candidats du concours commun sont des Franciliens. L’IEP de Saint-Germain rejoint les concours communs d’entrée en 1e et 2e années. Juridiquement, cet Institut d’études politiques a été porté par deux universités publiques, celle de Cergy-Pontoise (UCP) et celle de Versailles-Saint Quentin-en-Yvelines (UVSQ). Mais finalement, l’établissement est officiellement rattaché à la seule université de Cergy-Pontoise, dont il est une composante, mais reste soutenu par les deux universités.

Le cursus classique d’un IEP

L’IEP de Saint-Germain-en-Laye propose cinq années d’études similaires à celles des autres IEP, soit deux années plutôt généralistes autour de l’histoire, du droit, de l’économie, de la sociologie, de la science politique et des langues, une année a l’étranger et deux années de master. Le nouvel établissement souhaite également, à terme, proposer des diplômes intégrés à ses étudiants en partenariat avec des universités internationales. Autre particularité de ce Sciences Po : ses étudiants opteront pour un master 2 parmi ceux proposés par l’université de Cergy-Pontoise et par l’université de Versailles Saint-Quentin en lien avec les matières enseignées dans l’IEP (science politique, droit, économie, histoire, etc.), soit un choix parmi une quinzaine de masters à ce jour.

L’étudiant ayant validé ses cinq années d’études obtiendra à la fois le diplôme d’établissement de l’IEP et un diplôme de deuxième année de master (M2) de l’université dans laquelle il aura passé sa dernière année d’études. S’agissant des masters proposés, quatre grands programmes sont mis en avant : études européennes et internationales, communication et politiques culturelles, affaires publiques et gouvernance territoriale, économie, finances, gestion. Des spécialisations dans des domaines aussi divers que le web journalisme, les métiers du politique, le droit pénal financier, le commerce franco-allemand ou encore les projets européens pourront ainsi être choisies par les étudiants pour leurs deux dernières années d’études. Le principal domaine d’étude et de recherche que l’Institut entend promouvoir sera axé sur la poli- tique de la ville et la gouvernance des territoires. D’ici à cinq ans, ce seront près de 800 élèves qui étudieront en ces lieux, avec environ 150 étudiants par promotion, ainsi qu’une centaine d’étudiants étrangers.

Une ouverture sociale

L’IEP de Saint-Germain-en-Laye entend promouvoir une importante politique de démocratisation, en particulier à destination des lycéens des Yvelines et du Val- d’Oise étudiant dans des lycées en milieu défavorisé. Des partenariats ont déjà été noués avec une dizaine de ces établissements afin d’aider des élèves qui n’envisageaient pas prioritairement d’intégrer une école prestigieuse comme le sont les IEP à pouvoir le faire. Cette politique entend se développer à l’avenir. L’IEP de Saint-Germain souhaite également aider les étudiants des deux universités fondatrices à intégrer ce nouvel Institut en master, en leur proposant un module gratuit spécifiquement destiné à optimiser leurs chances de réussir le concours d’entrée en quatrième année. Les étudiants concernés seront également ceux des licences professionnelles du domaine des sciences sociales, public jusqu’alors non visé par les IEP.